Dans le contexte actuel, les entreprises françaises font face à une compétitivité internationale mise à mal. Les changements économiques, techniques et structurels reflètent l’instabilité permanente à laquelle les entreprises doivent s’adapter pour continuer à progresser. Dans ces conditions, la transition du « Change Management » à une culture du changement devient incontournable pour la survie de nos entreprises. Mais comment rassembler les équipes dans une situation si mouvante ? Comment concilier le rythme imposé par une entreprise agile et le rythme d’évolution de l’Homme ? Grégoire Buffet, dirigeant associé d’H3O Recrutements Spécifiques, nous livre ses réponses.

 

Un environnement en perpétuelle évolution qui fait du changement la pierre angulaire de la performance de l’entreprise

 

La volatilité est devenue le maître mot de l’économie actuelle : la volatilité de l’offre, des marchés ou encore de la concurrence, place les entreprises dans une instabilité permanente. Pour maintenir le cap et développer malgré tout la performance de l’entreprise, les dirigeants changent leurs méthodes de management et passent du Change Management, gestion du changement autour d’un projet, à une approche beaucoup plus large de culture du changement. Le manque de visibilité rend difficile toute prise de décision mais il est pourtant vital d’avancer malgré les contraintes économiques et financières actuelles. L’agilité devient donc essentielle à la survie de nos entreprises. Avec elle, apparaît néanmoins une opposition naturelle entre le rythme imposé par cette culture du changement et le rythme d’évolution des Hommes dans l’entreprise.

 

Le capital humain comme seul élément de stabilité dans un monde en perpétuelle évolution

 

Cette différence de rythme est une vraie bonne nouvelle. La seule donnée de base qui perdure dans l’entreprise est son capital humain. Ce sont les hommes et les femmes qui composent l’entreprise qui apportent une stabilité dans un contexte en perpétuelle évolution. En termes de management, les conséquences sont doubles. Le capital humain apparaît comme le seul investissement sur lequel on puisse vraiment miser à long terme. Mais c’est également une ressource avec laquelle il est important de travailler. Dans ce contexte de changement, il est important de veiller à donner du sens au travail effectué afin de maintenir la motivation des équipes, souvent mise à mal lors de changements à répétition. Les dirigeants doivent donc miser sur les ressources humaines pour que l’entreprise soit vécue comme un projet, que du sens soit donné au travail effectué et que les équipes puissent s’appuyer sur des valeurs fortes, trois points essentiels pour rassembler les salariés, libérer leurs motivations et leur permettre de s’investir dans l’entreprise.

 

La Richesse Humaine doit être entretenue et motivée

 

La maîtrise des compétences devient LA condition de survie de l’entreprise. Elle nécessite une analyse poussée, au travers notamment de la GPEC, afin d’identifier les compétences présentes et de les faire évoluer pour répondre aux besoins futurs de l’entreprise. La fonction RH apparaît donc comme essentielle à l’agilité de l’entreprise et à son avenir. Elle joue également un autre rôle clé : celui de maîtriser les leviers de motivation des salariés, qui ont largement évolué au fil des ans. D’une culture du travail extrêmement importante il y a une vingtaine d’années, nous sommes passés à la génération des « 35 heures », qui, de par un contexte économique trop incertain, a vécu une réelle fracture avec l’entreprise. A présent, les jeunes travailleurs ont, eux, une position encore différente, très axée sur le réseau, le changement. La relation à l’entreprise est de nouveau vécue comme positive et les ressources humaines peuvent s’appuyer sur ces jeunes générations pour dynamiser les équipes et faire évoluer la société.

 

Jouer sur la face cachée du changement

 

Dernière bonne nouvelle dans un contexte qui apparaît à première vue comme complexe et peu fédérateur pour les salariés : le changement a une face cachée ! L’Homme, s’il a une résistance toute naturelle au changement, est également curieux et prend plaisir à découvrir. C’est donc sur cette corde qu’il faut jouer et rassembler ses équipes autour de nouveautés qu’elles seront amenées à côtoyer dans les mois et les années qui viennent.

 

Nantes – Le 15 mars 2012

 

CP – Dirigeants ne négligez pas la force des Ressources Humaines dans le développement de l’agilité de votre entreprise